AS Sundhoffen : site officiel du club de foot de SUNDHOFFEN - footeo

Le grain de folie

25 octobre 2014 - 10:37

À la veille du sixième tour contre Sarre-Union, présentation de Mick Daki, un des électrons libres de l’AS Sundhoffen. L’un de ses moteurs aussi.

 

Mick Daki n’a que 21 ans. Et pourtant, il a déjà connu une victoire en Coupe d’Alsace en U18 avec le RHW96 et un 7e tour de Coupe de France contre Metz avec Biesheim en 2012-2013.

« Je suis rentré quand le score était déjà de 0-5. Néanmoins, ce sont des rencontres que l’on n’oublie pas. Surtout quand on sait que beaucoup de ces joueurs (de Metz, ndlr) jouent maintenant en L1. »

« Si on défend bien, la surprise pourrait être au bout »

Pourtant, tout n’a pas toujours été un conte de fées pour le jeune joueur. Souvent décrié pour son tempérament sulfureux, il n’a finalement pas réussi à trouver la plénitude à Holtzwihr puis à Biesheim, à longueur d’incompatibilités humaines ou de problèmes personnels.

Et puis, à Sundhoffen, il semble avoir enfin trouvé un club prêt à lui donner sa chance.

« Julien Stotzer m’a accueilli chez lui pour me rencontrer. Il m’a pris comme je suis et m’a donné ma chance. Je lui dois beaucoup. »

Et quand il se blesse quelques mois à l’épaule, son absence correspond au coup de pompe de l’AS Sundhoffen durant l’hiver dernier. Cela montre à quel point ses qualités de percussion et de vitesse ont manqué aux siens.

Le petit milieu de terrain semble d’ailleurs s’épanouir à l’ASS. « On s’accroche un peu, à chaud, avec Julien (Stotzer). Mais à froid, ça passe toujours, sourit Mick Daki. Puis quand on s’entraîne et quand on joue avec des mecs comme Michon ou Bouacha, on se tait et on apprend. Ils m’apportent beaucoup et m’apaisent sur le terrain. »

Cette saison, il en est à deux buts et une passe décisive, avec un objectif affiché de dix réalisations sur la saison. « Je le troquerais bien contre le maintien du club en DH. »

L’avenir ? Il ne sait pas trop, mais il laisse venir. « Je vis au jour le jour. Bien sûr qu’une proposition de CFA ou CFA 2 serait impossible à refuser, mais je me sens bien à Sundhoffen. »

En attendant, c’est un 6e tour de Coupe de France et l’équipe de CFA de Sarre-Union qui pointent le bout de leur nez.

« C’est le pire des tirages. Sans leur faire offense, c’est moins ronflant que Strasbourg, Colmar ou Mulhouse. Mais, en même temps, c’est très fort. Si on défend bien, la surprise pourrait être au bout, avec peut-être une L2 au prochain tour ? »

Lui rêve surtout de Racing. Et au moment de pronostiquer un résultat, il lance : « Je peux appeler un ami ? (sourire). Allez, j’ose un petit 1-0. »

Il n’oublie pas, au moment de conclure, de saluer la mémoire de Sam Aisani, l’homme qui lui avait tout appris et lui a offert ses plus beaux souvenirs.

 

Commentaires

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

Facebook AS Sundhoffen